Faire voir, faire preuve et faire apprendre ou le fac-similé dans l’édition savante, littéraire et bibliophilique du XVIIIe au XIXe siècle

TitreFaire voir, faire preuve et faire apprendre ou le fac-similé dans l’édition savante, littéraire et bibliophilique du XVIIIe au XIXe siècle
Type de publicationArticle de colloque/conférence
Année de publication2010
AuteursÈve Netchine
Nom du colloqueUtopia Instrumentalis : fac-similés au musée
Date de la réunion2010/11/27
OrganisateurCité de la musique
Lieu du colloqueParis, Musée de la musique
Résumé
« Fais pareil », « fais une chose semblable » : c’est l’injonction de l’impératif qui s’exprime dans la locution latine. Mais de quel type de copie s’agit-il ? Les premières tentatives pour reproduire non pas seulement les mots d’un texte manuscrit mais aussi le ductus du scripteur apparaissent au XVIIe siècle en Angleterre, et relient cette notion à l’histoire de la copie légale, puis à celle des procédés de reproduction de l’image. Alors qu’on voit se développer l’emploi de cette expression, les usages des fac-similés se diversifient : preuve judiciaire ou historique, instrument pédagogique, objet bibliophilique ou littéraire ? Ce cheminement de l’unique au multiple et l’invention des processus d’authentification qui l’accompagnent ne sont-ils pas caractéristiques d’un système de création et de diffusion intellectuel et artistique qui voit, au XIXe siècle, l’apogée du fac-similé dans le domaine du livre ?
URLhttp://www.citedelamusique.fr/pdf/insti/recherche/utopia/6_netchine.pdf